Charles de NOVION (1792-1861) Rochers à...

Lot 28
Aller au lot
Estimation :
200 - 300 EUR
Résultats sans frais
Résultat : 1 000EUR

Charles de NOVION (1792-1861) Rochers à...

Charles de NOVION (1792-1861)
Rochers à Belle-Ile-en-Mer, circa 1840.
Huile sur papier marouflé sur toile, inscrit sur le châssis "Etude par mon grand père le comte de Novion, 1840, Rochers à Belle Isle en Mer".
26,5 x 36 cm

Artiste rare sur le marché de l'art, "la carrière de Charles de Novion est essentiellement militaire. Fils de Jean-Victor de Novion (1745-1825), Charles n’a pas vingt ans lorsqu’il est incorporé au 13e régiment des chasseurs à cheval en 1810. Blessé au genou en 1812, il reste sans affectation jusqu’au retour des Bourbons et profite sans doute de ces deux années pour se consacrer à la peinture. A la Restauration, Novion est lieutenant dans les gardes du corps du Roi. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1815. Il est possible qu’il ait connu les frères de George Onslow (Maurice, Auguste et Arthur) qui menaient, à cette même époque, une carrière militaire dans les gardes du corps du Roi. De nouveau en disponibilité à partir de 1816, Novion peut compléter sa formation de peintre. Il fréquente peut être l’atelier de Gros. En 1819, il est aide de camp du gouverneur des Invalides. La même année, il peint « La Toilette d’un invalide » et expose pour la première fois au Salon. Cette toile lui vaut alors une médaille d’encouragement. Il expose deux scènes d’intérieur au Salon de 1822 (n° 973 et 974), cinq paysage et « l’Intérieur du salon de M. Georges Onslow à Chalandrat en 1824 » (n° 1269 à 1274).
En 1826, il épouse Henriette Rousselot de Saint-Céran dont il a trois enfants. Il semble renoncer à la peinture pour se consacrer à sa carrière militaire et se voit notamment remarqué par le Duc d’Orléans, futur Louis-Philippe. Après la Révolution de 1830, il rejoint Nantes au moment des troubles de Vendée. Employé à l’état-major de la 12ème division militaire puis aide de camp du maréchal marquis de Grouchy, il quitte l’armée avec le grade de chef d’escadron en 1851." (Texte tiré du site internet l'Association G
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue